Golden Tiger Casino
Catégories
Plante sauvage toxique des bois Plantes sauvages mortelles Plantes sauvages toxiques

7 plantes dangereuse qu’on ne devrait jamais toucher

Acheter livre plante sauvage (france) Livre sur les plantes sauvages (Canada) Golden Tiger Casino Acheter livre plante sauvage (france) Livre sur les plantes sauvages (Canada)

Les plantes n’aiment pas perdre leurs feuilles à cause des herbivores et ont développé un certain nombre de stratégies ingénieuses pour dissuader les prédateurs des feuilles. Malheureusement pour les humains, plusieurs de ces défenses chimiques peuvent provoquer des réactions cutanées douloureuses. Lisez ce qui suit pour découvrir certaines plantes qui peuvent vous brûler, vous faire des cloques ou vous irriter de toute autre manière !

Mancellinier toxique

Le mancenillier (Hippomane mancinella) est un arbre à feuilles persistantes originaire de Floride, des Caraïbes et de certaines parties de l’Amérique centrale et du Sud. Ses feuilles et ses fruits ressemblent à ceux d’une pomme, et il est parfois appelé innocemment « pomme de plage ». Cependant, son nom espagnol, manzanilla de la muerte (« petite pomme de la mort »), reflète mieux ses propriétés dangereuses.

Cette plante contient un certain nombre de toxines, et la consommation de ses fruits pourrait vous tuer et vous causera certainement des cloques dans la bouche et l’œsophage. La sève laiteuse des feuilles et de l’écorce contient un produit chimique irritant appelé phorbol, qui génère une forte réaction allergique cutanée. Les gouttes de pluie qui tombent sur l’arbre peuvent recueillir le phorbol et brûler une personne qui se trouve en dessous. Le simple fait de toucher l’arbre peut provoquer des cloques sur la peau. Les peuples indigènes utilisent depuis longtemps la sève pour empoisonner les flèches, et l’on pense que l’explorateur Juan Ponce de León est peut-être mort d’une telle arme lors de son deuxième voyage en Floride.

La grande ortie

L’ortie n’est pas dangereuse mais peut être très désagréable. (Urtica dioica) est présente dans toute l’Eurasie, l’Amérique du Nord et l’Afrique du Nord, et a été introduite dans certaines régions d’Amérique du Sud.

Les feuilles et les jeunes tiges de cette plante herbacée sont munies de poils urticants à pointe d’acide formique et d’autres substances irritantes. S’ils sont touchés, ces poils en forme d’aiguille injectent l’acide urticant dans la peau, déclenchant une sensation de brûlure et de picotement et une éruption cutanée qui démange. Heureusement, les symptômes ne persistent généralement pas plus de 24 heures. Il est intéressant de noter que la plante cuite peut être consommée sans danger et qu’elle est populaire dans certains endroits comme légume.

Berce commune, berce du caucase et berce laineuse.

Les deux espèces de berce, la berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) et la berce commune (H. sphondylium), sont originaires d’Europe et se sont naturalisées dans certaines régions des États-Unis. La berce laineuse Heracleum maximum est elle native d’Amérique du Nord. Les feuilles et la sève de ces fleurs sauvages contiennent des substances chimiques appelées furocoumarines et doivent être évitées.

Le contact peut provoquer une phytophotodermatite, dans laquelle la peau éclate en cloques sévères si elle est exposée à la lumière du soleil. La cécité peut survenir si la sève pénètre dans les yeux. Étant donné que la berce du Caucase ressemble également à la ciguë vireuse et la grande ciguë (espèce Cicuta), une plante mortellement toxique, il est probablement préférable d’éviter les grandes plantes ressemblant à des carottes avec des grappes de fleurs blanches.

Épurge urticante

L’épurge urticante, piétin-verse, également connu sous le nom de brûlure de nez ou de pourriture des doigts (Cnidoscolus stimulosus), est une petite herbe attrayante originaire du sud-est des États-Unis. La plante, ses fleurs et ses fruits sont couverts de poils urticants féroces qui se brisent dans la peau, libérant divers composés irritants. Bien que le contact provoque des piqûres et des démangeaisons intenses, les symptômes durent généralement moins d’une heure ; certaines personnes peuvent présenter une décoloration de la peau pendant plusieurs jours.

Si une partie de la plante est consommée, cela provoque un gonflement des lèvres, une rougeur du visage, des vomissements et même une perte de conscience. Son latex est très corrosif et peut provoquer de graves plaies. Ce n’est certainement pas une plante sur laquelle il faut marcher pieds nus !

Gympie gympie

La famille des orties regorge de plantes urticantes, mais aucune n’est aussi agressive que le gympie gympie (Dendrocnide moroides). L’un des six arbres à piqûres originaires d’Australie (parce que bien sûr) et également présents en Indonésie, le gympie est l’une des plantes les plus dangereuses au monde. Ses feuilles urticantes déclenchent une réaction allergique intense chez ses victimes, allant parfois jusqu’à provoquer un choc anaphylactique.

La piqûre peut causer une douleur atroce et débilitante pendant des mois ; les gens ont décrit cette sensation comme étant celle d’être brûlé par de l’acide, électrocuté ou écrasé par des mains géantes. De nombreuses personnes ont signalé des poussées de douleur pendant de nombreuses années après la piqûre, et il existe plusieurs récits de chevaux qui, fous de douleur, se sont jetés du haut de falaises vers leur mort après avoir été piqués. Les forestiers et les scientifiques qui travaillent autour de ces plantes doivent porter des respirateurs et d’épais vêtements de protection et sont armés de pilules antihistaminiques, juste au cas où…

Sinon Un traitement de premiers secours couramment recommandé contre le gympie gympie consiste à utiliser de la cire à épiler ou du ruban adhésif pour enlever les poils. Le peuple Kuku Yalanji de Mossman Gorge utilisait une méthode essentiellement similaire, fabriquant un jus à partir des fruits ou des racines de la plante et l’appliquant sur la zone touchée, avant de le gratter avec une coquille de moule une fois qu’il était devenu collant. Cependant, l’élimination mécanique n’est pas toujours réussie, car les poils sont si petits que la peau se referme souvent sur eux, rendant l’élimination impossible.

Herbe à puce africaine, buisson de la douleur

Également connu sous le nom de sumac vénéneux africain, le buisson de la douleur (Smodingium argutum) est originaire d’Afrique australe et fait honneur à son nom. La plante est un arbuste ou un petit arbre et exsude une sève crémeuse chargée de substances chimiques appelées heptadécyl catéchols. Le contact avec la sève, qui devient noire lorsqu’elle est séchée, provoque une éruption cutanée livide et gonflée, accompagnée de cloques, mais certaines personnes chanceuses sont immunisées. Les symptômes disparaissent généralement au bout de quelques jours.

Herbe à puce, sumac grimpant ou Toxicodendron radicans.

Les toxicodendrons sont natif d’Asie et d’Amérique du Nord, l’herbe à puce peut pousser sous forme de petites plantes, d’arbustes ou de vignes grimpantes. Ils sont communément caractérisés par des grappes de feuilles, contenant chacune trois folioles, d’où l’expression commune « feuilles de trois, que ce soit ». Ces feuilles peuvent varier d’une forme elliptique à œuf et auront des marges lisses, lobées ou dentées. De plus, les feuilles sont alternes sur la tige. Des grappes de petites fleurs verdâtres s’épanouissent de mai à juillet et produisent à l’automne des baies blanches de quelques millimètres de diamètre.

La dermatite de contact induite par l’urushiol est la réaction allergique provoquée par le sumac vénéneux. Dans les cas extrêmes, la réaction peut évoluer vers l’anaphylaxie. Environ 15 à 25 % des personnes ne présentent aucune réaction allergique à l’urushiol, mais la plupart des gens ont une réaction plus importante en cas d’exposition répétée ou plus concentrée. En général, l’éruption cutanée due à l’urushiol dure environ cinq à douze jours, mais dans les cas extrêmes, elle peut durer un mois ou plus.

L’urushiol se fixe sur la peau au contact, où il provoque de fortes démangeaisons qui évoluent vers une inflammation rougeâtre ou des bosses non colorées, puis des cloques. Ces lésions peuvent être traitées à l’aide de lotion à la calamine, de compresses de solution de Burow, de crèmes commerciales dédiées au traitement des démangeaisons dues à l’herbe à puce, ou de bains pour soulager l’inconfort, bien que des études récentes aient montré que certains médicaments traditionnels étaient inefficaces. Des produits en vente libre pour soulager les démangeaisons ou simplement des bains d’avoine et de bicarbonate de soude sont désormais recommandés par les dermatologues pour le traitement du sumac vénéneux.

Un remède à base de plantes cité pour contrer la dermatite de contact induite par l’urushiol est l’ambroisie, bien que les extraits d’ambroisie n’aient eu aucun effet positif dans les études cliniques. D’autres soutiennent que la prévention des lésions est facile si l’on pratique un lavage efficace, en utilisant du savon ordinaire, en frottant avec un gant de toilette et en rinçant trois fois dans les 2 à 8 heures suivant l’exposition.

Golden Tiger Casino Acheter livre plante sauvage (france) Livre sur les plantes sauvages (Canada)
Acheter livre plante sauvage (france) Livre sur les plantes sauvages (Canada) Quatro Casino

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Acheter le grand livre des remède naturels

Ebook créez votre jardin nourricier